Le macaron de Joyeuse… il est craquant !

Doré, rond, craquant, … mais d’où vient-il ?

Un biscuit craquant qui fait la renommée de la cité ducale : le macaron de Joyeuse.

Son origine date du 16ème siècle !

En 1581, le Duc Anne de Joyeuse épouse en justes noces la belle-sœur du roi Henri III. Les prestigieuses réjouissances durent 15 jours. Pour la circonstance, Catherine de Médicis fait venir d’Italie une nouvelle pâtisserie ronde à base d’amandes pilées, appelée Maccarone.
Le Duc de Joyeuse, émerveillé par ces gourmandises, les introduit à Joyeuse. Les générations successives de pâtissiers joyeusains vont perpétuer la tradition des Macarons de Joyeuse jusqu’en 1867 où l’un d’entre eux, André Maurice Pellier, suite à la construction d’un nouveau four, va adapter la cuisson des macarons et dès lors figer la recette qui deviendra secrète. Cette recette originale continuera de se transmettre de génération en génération. La Maison Charaix la réalise toujours aujourd’hui de manière artisanale, en sélectionnant uniquement des produits naturels, afin de restituer le goût unique du macaron originel.

« Ça c’est le vrai macaron ! »

Attirée par l’odeur de l’amande grillée, je pousse la porte de la Maison Charaix. Georgette Palanque et son mari sont fiers de m’accueillir dans leur boutique et de m’expliquer l’origine du macaron. Petite, alors qu’elle habitait à Dompnac, la grand-mère de Georgette lui en remontait toujours une boîte de retour du marché de Joyeuse. Georgette avait 10 ans à cette époque mais se souvient avec émotion de ce petit plaisir sucré.
En 2009 la Maison Charaix à Joyeuse est à vendre. Georgette en informe son fils Laurent et l’encourage à faire prospérer cette petite entreprise familiale et locale. C’est ainsi que le secret de fabrication du fameux macaron est transmis à la famille Palanque.
Pour se développer, le local attenant à la boutique va servir de laboratoire : c’est derrière cette porte que tout se passe : fabrication, cuisson, emballage, expédition : une vraie fourmilière. Aujourd’hui ce sont 4 personnes permanentes, 3 saisonniers et Laurent secondé par ses parents, qui font rayonner le petit biscuit rond, jusqu’en Belgique, Allemagne et Angleterre.
Les clients confirment « Ça c’est le vrai macaron ! » et comme me le confie Georgette « Moi je l’aime nature, lorsqu’il sort du four, avec une glace ou un thé ».

Comment le déguster ?

Le macaron est très apprécié au moment du café pour terminer le repas en apothéose. Il peut être aussi dégusté à l’heure du goûter accompagné d’un thé, d’un café, ou d’une glace ; c’est selon les saisons. Certains le préfèreront craquant et le dégusteront simplement, d’autres le tremperont dans le thé ou le café pour le rendre plus moelleux. Quoi qu’il en soit il fera fureur quand vous les offrirez et vous épaterez vos convives quand vous les déposerez sur votre table !

Où le trouver ?

Maison Charaix

Avenue François Boissel

07260 Joyeuse

Du mardi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 19h
+33 (0)4 75 39 66 70 // www.maisoncharaix.com

On peut retrouver ces douceurs dans de nombreuses épiceries fines partout en France et sur la boutique en ligne !

Bonne dégustation.

 

 

Avis

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter mon avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *