Randonnée Le Balcon de Joyeuse – Lablachère/Joyeuse

4857006-diaporama

© SPL - Cévennes d'Ardèche

Difficulté : Facile Commune : Lablachère/Joyeuse Départ : Parking de la piscine La Perle d’Eau, Lablachère Distance : 5,7km Durée : 1h30 à 2h00 Dénivelé Cumulé : 133m Balisage : jaune/blanc

Description

ITINERAIRE
Départ de la piscine la Perle d’eau. Prenez la route jusqu’à La Grangette.
1- La Grangette
Continuez sur la route, qui longe la déviation jusqu’à Le Bouchard.
2- Le Bouchard
Continuez sur la route jusqu’à La Plaine des Mûres.
3- La Plaine des Mûres
Vous suivez le sentier en bordure de corniche qui surplombe Joyeuse jusqu’à Côte du Freyssinet.
4- La Côte du Freyssinet
Continuez sur la piste, qui vous mène jusqu’à Lauzette.
5- Lauzette
Continuez sur la piste puis la route jusqu’à La Plaine de mûres.
6- La Plaine de Mûres
Suivez la route en passant par Le Bouchard puis La Grangette jusqu’à votre point de départ.

UN MILIEU MIS EN VALEUR PAR L’HOMME
Aussi inhospitalières qu’elles puissent paraître, les garrigues du plateau des Gras a vu se développer de nombreuses activités tirant parti du milieu naturel et de ses ressources. Les « bouscatiers » exploitaient le charbon de bois qu’ils produisaient en assurant la combustion lente du bois de chêne vert, très abondant. Leurs anciennes charbonnières subsistent encore sous forme de clairières circulaires au sol plat et noirci par les débris de
charbon. Les garrigues étaient aussi le domaine des bergers, qui ont construit des enclos de pierre sèche pour garder leurs troupeaux, et des capitelles, maisonnettes de pierre sèche, pour s’abriter. Mais la garrigue était aussi cultivée. Les cultures se concentraient dans les espaces plats des
dépressions karstiques appelées dolines, où la terre végétale s’est accumulée. Soigneusement épierrés, ces petits champs étaient enclos de murs de pierre sèche, qui protégeaient les cultures tout autant qu’ils permettaient de se débarrasser des pierres. La garrigue est aussi le domaine de la faune sauvage, donc de la chasse, au sanglier ou au
lièvre.

LES GRAS CALCAIRES
Le sentier se développe sur le plateau des Gras qui longe le pied des Cévennes. Il est composé de calcaire, qui repose sur des marnes, mélange de calcaire et d’argile. Déposé au fond de la mer il y a environ 150 millions d’années, l’érosion et le soulèvement du relief explique que du fond des mers, ces formations calcaires se soient retrouvées au sommet des crêtes. Ce
calcaire produit un relief rocailleux très aride. En effet, l’eau est totalement absente en surface. Elle s’infiltre par les failles du terrain et disparaît immédiatement dans le sous-sol : les rivières y sont donc... souterraines.
Le plateau est percé de nombreux avens et grottes et les rivières jaillissent à la base à son pied, au niveau des couches marneuses qui sont étanches. Ce plateau aride et rocheux est le domaine de prédilection de la garrigue méditerranéenne. Cette formation végétale caractéristique se compose d’arbres comme le chêne vert, l’arbousier, le genévrier, cade ou l’olivier, sous lesquels se développent un étage de buissons comme l’ajonc de Provence, le
genévrier, le pistachier ou le nerprun et un étage herbacé avec l’aphyllanthe, l ’asphodèle, l’euphorbe ou le thym. Toutes ces espèces ont en commun de résister à des périodes de sécheresse longues par une adaptation de leur feuillage qui s’est réduit en surface (épines) ou épaissi.

Profil

  • Distance : 5.7 km
  • Balisage : BALISE
  • Précision balisage : PR blanc et jaune
  • Type d’itinéraire : BOUCLE

Tarifs

Gratuit.

Ouverture

Toute l'année.