Randonnée Les lavoirs boucle Sud – Saint Paul le Jeune

4781691-diaporama

© ©D.Doladille

4781692-diaporama

© ©Thierry Bruyere Isnard

4781693-diaporama

© ©Thierry Bruyere-Isnard

A la découverte de deux hameaux : le premier, le Frigolet, depuis lequel vous pourrez admirer une vue magnifique sur les Cévennes. Le deuxième, Sauvas, situé en fond de vallée, typique des hameaux méditerranéens.

Description

Les sentiers de découverte de Saint Paul le Jeune en Ardèche

Réalisation mairie de St Paul le Jeune 07460. Tel 0475398014.
Site Internet :www.inforoute-ardeche.fr

Nous vous proposons de découvrir des hameaux très différents qui ont comme ponts communs, l’eau et la culture en terrasse.

Eaux et Hameaux boucle sud

Description de l’itinéraire

Pour ne pas vous perdre : suivre le balisage orange
Durée de parcours : 4 heures
Prévoir : chaussures de marche, chapeau, eau
Difficulté : chemins caillouteux, avec escaliers

Stationner sa voiture sur la place de la gare. Le sentier démarre en empruntant la route qui longe les courts de tennis. Après avoir passé le pont, prendre à droite puis descendre au bord de la Claysse. Le premier lavoir se trouve en face. Remonter la rivière par le sentier. Lorsqu’on rejoint la route goudronnée, nous passons à coté d’un ancien moulin à eau. Passer le pont et descendre à gauche vers le deuxième lavoir. Le circuit se poursuit en bordure du ruisseau, royaume des insectes d’eau et des libellules au Printemps. Laisser à droite le circuit « boucle Nord », nous remontons à gauche par un chemin très raide qui nous conduit au hameau de la Brousse. Noter dans ce hameau de beaux passages sous porches.
Nous arriverons ensuite au hameau des Monèdes. A la sortie du hameau, prendre à droite l’ancien chemin caladé conduisant au hameau du Frigolet. Sur ce chemin, existait un puit d’aération des mines de charbon. Nous atteignons le col dit « la croix rouge », premier point de vue sur le hameau du Frigolet. Prendre à droite et monter pour rejoindre le réservoir d’eau potable. Magnifique point de vue sur les montagnes Cévenoles. On redescend vers le village en le contournant pour rejoindre le lavoir situé en contrebas. Assez éloigné du hameau, il était utilisé pour laver le linge. De nombreux jardins situés tout autour devaient faire de ce lieu, un site convivial. On remonte ensuite vers le hameau. Après avoir visité le hameau de Frigolet, on rejoint le col de « la croix rouge » en passant devant un autre lavoir.
On redescend maintenant vers le hameau de la Gadilhe. Nous empruntons une superbe calade qui nous conduit au lavoir de Sauvas. Ce lavoir est mis en valeur par les habitants du hameau. Suivre le fléchage vers le hameau de Sauvas. Soyez prudent cela nécessite la traversée de la route départementale. La visite du hameau se fait en boucle. Ce hameau contraste avec les autres hameaux, construits avec de la pierre calcaire, il a un caractère plus méridional.
Les oliviers confirment cette sensation. On empruntera le même chemin pour le retour jusqu’au hameau de la Gadilhe en passant à nouveau par le lavoir. Arrivé au hameau de la Gadilhe, prendre à droite pour redescendre vers Saint Paul le Jeune. On redescend vers le ruisseau « La Claysse ». Avant de le rejoindre remonter à gauche. Nous nous trouvons sur l’ancienne voie ferrée qui rejoignait Gagnières par le tunnel.
La voie de chemin de fer du PLM était par une voie métrique qui permettait d’acheminer le charbon des mines de Banne (Le Mazel) en gare de Saint Paul le Jeune. Prendre à gauche pour passer ensuite devant l’ancien passage à niveau. Rejoindre le point de stationnement en longeant l’ancienne gare de marchandises.
La commune a entrepris la restauration de tous les lavoirs avec l’association CARA (chantier animation Rhône Alpes).
Envie de découvrir les autres hameaux de Saint Paul le Jeune ? Utiliser la fiche « Eaux et hameaux boucle Nord » Envie de découvrir les dolmens et la Garrigue de St Paul le Jeune ? Utiliser la fiche « Pierres et dolmens »

Le jardinier et la lavandière
Les lavoirs sont nombreux à Saint-Paul-le-Jeune, celui des Sauvas récemment restauré par la commune avec l’association CARA en est un bel exemple. Le lavoir était un lieu où les femmes du hameau se retrouvaient pour faire la lessive. En réalité, c’était aussi un lieu où l’on parlait beaucoup de la vie du village, des uns, et des autres… A proximité, on trouvait des jardins potagers. Cette journée ordinaire aurait pu se dérouler le 8 octobre 1920.
Aujourd’hui, La Louise du Marcel a décidé de faire la « bugade ». Depuis quelques jours une petite bise du nord l’avait dissuadée d’accomplir cette tâche. Mais aujourd’hui, elle ne peut plus reculer. Elle sort le gros cuveau de fer blanc rempli de linge sale. Elle pose par-dessus la brosse, le battoir, la grosse pierre inusable de savon de Marseille et en route pour le lavoir de Sauvas. En chemin, elle rencontre le Milet de la Laurette avec sa brouette de fumier de »
chèvres qui se rend à son jardin. Tout en cheminant, ils bavardent de tout et rien : du vent froid, des pieds de « pomme d’amour » et de « Virginie » qui n’ont pas supporté le changement de temps. Sans s’en rendre compte, ils parviennent au lavoir de Sauvas protégé du vent par un haut mur de pierres sèches qui soutient la terre du jardin du Milet, et abrité par un toit à double pente soutenu par deux fermes. D’autres « bugadières » sont déjà à l’ouvrage : La Marie du Julet et la Jeanne du Paul, toutes deux du hameau de Sauvas, la Lucie et la Thérèse de la Gadilhe ; deux vieilles filles et enfin la Juliette du Louis du hameau des Monèdes. Les unes s’activent à tremper le linge dans un des bassins, d’autres brossent énergiquement les pièces préalablement savonnées tandis qu’une autre fait tourner très adroitement un grand drap de toile écrue, dans le bassin le plus grand, pour le rincer. Puis elle le ramène sur la pierre inclinée et se met à le frapper avec colère d’un battoir en bois poli par l’usage. Pendant ce temps, le Milet, après avoir salué toutes ces dames en passant, arrive dans son jardin et se met au travail. Il commence à réparer sa « panlève » qui avait perdu la grosse pierre qui sert de contre-poids. Il va chercher ensuite sa bèche qui trempe son fer dans le « gour » et se dirige vers le carré qu’il a décidé de retourner. Des bruits de voix l’amènent vers le mur qui surplombe le lavoir. C’est la Thérèse des Monèdes qui quitte le lavoir en jurant qu’elle ne viendra plus laver son linge ici, mais plutôt au lavoir du bord de « Claysse » près de la poste et que, si ça lui fait un peu plus loin, elle sera en meilleure compagnie. Après s’être informé de l’objet de la dispute, pour
pouvoir raconter à la Laurette, il retourne à son ouvrage. Le soleil passe maintenant derrière la colline qui masque le hameau du Frigolet. La bugade
se termine, le lavoir, avec sérénité, a toute la nuit pour retrouver sa limpidité.

Lexique :
Bugade = lessive
Bugadière = lavandière
Pomme d’amour = tomate
Virginie = aubergine
Panlève = machine d’arrosage
Gour = trou d’eau

Deux hameaux si différents
Le hameau du Frigolet perché sur la colline avec une vue magnifique sur les Cévennes est caractéristique du hameau cévenol, avec ses rues étroites pour se protéger du vent et ses passages sous les porches. Les maisons sont toutes en grès. Autour, terrasses herbeuses et châtaigniers.
Le hameau de Sauvas en fond de vallée sur un axe de circulation est caractéristique du hameau méditerranéen, avec ses rues étroites pour se protéger du soleil et ses passages sous les proches. Les maisons sont toutes en calcaire. Autour, paysage karstique planté
d’oliviers. Deux hameaux bien différents qui ont des caractéristiques architecturales communes. A vous de les découvrir !

Le cadre géologique
Le village se situe sur une faille Cévenole (nord/sud) qui sépare la partie gréseuse et carbonifère (à l’ouest) de la partie calcaire (à l’est). Le circuit se déroule essentiellement dans la partie gréseuse. Le grès alterne avec des couches argileuses qui font obstacle à l’infiltration de l’eau créant ainsi des sources. L’homme a canalisé très tôt ces sources pour les diriger vers les jardins et les lavoirs. Au début du siècle, après de grands travaux les hameaux bénéficient enfin d’eau potable.
Trias : 200 millions d’années
Jurassique : 160 millions d’années

Profil

  • Distance : 6.9 km
  • Dénivelé : 100 m
    • Dénivelé positif : 100 m
  • Balisage : BALISE
  • Précision balisage : Balisage orange
  • Type d’itinéraire : BOUCLE

Confort / Services

  • Animaux acceptés
  • Animaux acceptés

Tarifs

2 € en vente à l'Office de Tourisme du Pays des Vans.

Ouverture

Du 01/01 au 31/12.